www.phasmes.com

Les petites annonces | Les forums | Contact | Accueil

Coin du débutant | Nos installations | Nos phasmes | Nourriture | Législation | Liste P.S.G. | Les mantes

 

 

L'élevage des mantes

 

 

Généralités sur l'élevage des mantes


par Guillaume QUEVAL (Guill_80)

 



        La maintenance des mantes est une chose assez simple pour les personnes ayant un peu de connaissance dans la maintenance des insectes. Le plus délicats chez les mantes, excepté certaines espèces dites "difficiles", est l'accouplement. Pour le reste, cela est assez simple, si ce n'est l'approvisionnement en nourriture, surtout chez les nouveaux nés.

        La maintenance décrite ci-dessous convient pour la plupart des variétés que l'on rencontre facilement dans les élevages: Sphodromantis ssp, Parasphendale ssp, Stagmomantis ssp, Hierodula ssp, etc....

 


La maintenance:


        Pour maintenir des mantes, de nombreux récipients sont appréciables: bocaux en verre, bouteille d'eau coupée, pots d'analyse d'urine ou selles (pour les jeunes), faunaBox de petite taille, etc.... Les bocaux seront fermé soit par un couvercle au centre découpé sur lequel sera "collé" un moustiquaire, ou simplement par un moustiquaire souple et un élastique.

        Pour les jeunes spécimens à partir du stade 2/3 et même pour les adultes, l'agencement des bocaux sera très simple. Personnellement, j'utilise comme substrat du simple papier essuie-tout découpé à la forme du bocal et mis sur 2 ou 3 épaisseurs ou du gravier (granulométrie de 3-4 mm). Tout les soirs, grâce à une seringue, j'humidifie ce "substrat", ce qui permet d'avoir l'hygrométrie idéale mais permet également aux mantes de s'abreuver. Une fois par semaine seulement, l'humidification se fait grâce à un pulvérisateur, au dessus de l'ensemble des bocaux, ceux qui recrée une légère pluie fine. Un morceau de plante artificielle servant de support est placé dans ces bocaux. Il convient toutefois de vérifier le taux hygrométrique correspondant à l’espèce que vous possédez.

 

 

 



        Pour les spécimens juste éclos, on utilisera un faunaBox assez spacieux (37x22x25cm) où ils seront tous placé ensemble. Sous le couvercle, un moustiquaire souple ou du tulle sera placé pour éviter les évasions. Le sol sera composé de 2 couches de papier essuie-tout et une plante artificielle (style lierre) sera placé dedans, permettant aux individus de s'isoler des plus voraces. Il faudra veiller à laisser à disposition de ceux-ci de la nourriture abondante en permanence (drosophiles). L'humidification se fait par une légère vaporisation tout les soirs.
        Les jeunes seront isolés un par un à partir du stade 2 ou 3 selon leur voracité, sous peine, par exemple, de voir des groupes de 200 individus, "rétrécir" à 20 ou 30 spécimens.

        Pour les personnes voulant avoir un terrarium de style "déco", ce que l'on peut se permettre pour héberger des spécimens subadultes ou adultes, on préfèrera un terrarium avec une très bonne aération. Un terrarium d'environ 20 x 20 x 35 est amplement suffisant.
        Pour l'aménagement de ce terrarium, on pourra choisir divers substrats au choix (tourbe, sable, écorce, etc....) et quelques décos comme des branchages et des plantes (artificielles ou non).

 

 


Alimentation:


         L'alimentation des mantes ne posent pas de problèmes. Elles acceptent tout insectes qui passe à leur portée, voir même parfois des insectes un peu plus gros qu'elle-même. Selon les stades, on leurs fournira les proies suivantes: drosophiles, micro grillons, mouches, petits papillons, grillons, blattes, criquets, sauterelles, etc....

         La fréquence des repas sera la suivante:
- jeunes de la naissance à l'isolement: à volonté et en permanence
- jeunes jusqu’au stade subadulte: tout les 2-3 jours selon tailles des proies
- subadulte/adulte: une à deux fois par semaine selon taille des proies
 


 

Reproduction:


        La reproduction chez les mantes est un risque pour les mâles. Il arrive parfois que ces messieurs se fassent dévorer avant que l'acte commence ou pendant celui-ci. Pour éviter cela une petite préparation de la femelle est utile. La maturité de la femelle semble être atteinte vers l'âge de 3 semaines et c'est à ce moment que l'on effectuera l'accouplement.
        La semaine précédent l'accouplement, la femelle sera nourrit plus souvent, à raison d'une proie tout les 2 jours. Avant d'effectuer l'accouplement, je nourris la femelle à volonté. C'est à dire que dès qu'une proie est terminée, je lui en donne une autre. Au bout de quelques proies, elle refusera de se nourrir, c'est à ce moment que l'on "essayera" l'accouplement, car le risque réside toujours pour le mâle, surtout chez certaines espèces plus vorace que d'autres (ex.: Parasphendale affinis).
        Il existe deux méthodes principales pour réaliser les accouplements:

- Placer la femelle et le mâle dans un grand terrarium et laisser faire la nature
- Placer la femelle sur un support (souche, plante,....) et venir placer le mâle directement sur l'arrière de celle-ci.

        Personnellement, j'utilise la deuxième méthode, qui comporte moins de risque et permet souvent de sauver le mâle, qui pourra servir pour une autre femelle.

        La durée d'accouplement varie beaucoup selon les espèces mais en général, elle dure plusieurs heures (3 à 6 heures généralement). L'accouplement terminé, le mâle s'échappe mais il arrive parfois que la femelle le "course" pour complet son appétit qui revient soudainement. Attention toutefois, il convient de faire les accouplements sous surveillance, car il arrive parfois, même si cela est très rare, que se sont les mâles qui dévorent la femelle. Les individus séparés, ceux-ci sont replacés dans leur terrarium habituel et la femelle sera bien nourrit.
        La ponte survient entre 2-3 jours à deux semaines selon les espèces. Une seule femelle, peut pondre, avec un seul accouplement, plusieurs oothèques viables(parfois 6-8 selon les espèces). Chaque oothèque comportera d'une dizaine à plusieurs centaines d'œufs qui écloront généralement au bout de 1 à 3 mois selon les espèces. Dans le cas d'une femelle pondant plusieurs oothèques, le nombre d'œufs par oothèque diminuera progressivement au fur et à mesure des pontes.

 

 

Réalisation

www.phasmes.com